Belle-île en mer…

Cet été, après un petit périple au travers plusieurs régions de France pour y retrouver amis et famille, nous avons mis le cap sur la Bretagne, région aux paysages riches et variés.
Nous avons jeté notre dévolu pour Belle-Île en mer, une île de 85km² située en Bretagne sud dans la magnifique région du Morbihan.

C’est au dernier moment, et surtout un peu par hasard que nous avons choisi cette destination. nous avions quelques jours de libre dans la région suite à un changement de programme.

Pour se rendre sur l’île, il n’y a pas 36 solutions: le bateau. 45 minutes de traversée et nous voici arrivés dans la ville du Palais, la capitale de l’île en
quelque sorte.

C’est dans cette même ville que nous avons élu domicile pour 2,5j. Ayant décidé ce périple au dernier moment, même les hôtels les moins cossus étaient très chers, raison pour laquelle nous nous sommes rabattus sur l’auberge de jeunesse de l’île qui nous a permis de séjourner à moindres frais (quelques dizaines d’euros par jour).

Pour ne rien casser à la magie de ce séjour improvisé, nous n’avons pas souhaité voir trop de photos avant de venir et nous n’avons lu aucun récit de voyage. Première surprise avant même d’arriver lorsque nous apercevons des côtes: l’île n’est pas plate! Nous qui prévoyions de la visiter en vélo ça va être du sport!

Jour 1

Arrivés en fin de journée au Palais, nous passerons cette première journée à découvrir la ville et l’une des plages la plus proche de notre auberge: la plage du Castoul. On en profite pour récupérer une carte pour définir notre chemin pour les 2 jours ou nous resterons.

Jour 2

Les choses sérieuses commencent. Nous sommes toujours piétons et décidons d’aller louer deux vélos pour arpenter l’ile grande de 20km de long sur environ 9km de large. Les vélos électrique se sont bien démocratisés et sont légion chez les loueurs, mais nous restons « old school » et choisissons la méthode huile de coude, ou de genoux plutôt!

On a choisit de faire la partie sud de Belle-île le premier jour en tournant dans le sens des aiguilles d’une montre.
Les difficultés se font sentir dès le premier kilomètre: il faut sortir de la ville en grimpant une cote de 50m à 10% avec 10km de matos photo dans le dos (on apprendra à voyager léger un jour…).

   

On s’attendait à être plus tranquille au niveau des voitures. En effet assez peu de voitures débarquent du bateau (une trentaine par bateau mais autant repartent), mais sur place, une flotte de loueurs se disputent les touristes piétons.

Cela ajouté à des routes assez étroites et dépourvues de pistes cyclables, les premiers kilomètres parsemés de nombreuses montées/descentes sont assez désagréables, on passe notre temps à regarder derrière si un automobiliste ne va pas nous doubler de trop près.

Nous faisons notre première halte au niveau de la plage de Boardadoué assez peu prisée des touristes, puis ensuite nous gagnons la plage des grandes sables. On nous avait prévenu que celle-ci était en revanche la plus prisée des familles séjournant sur l’île: soyons clairs, on est bien loin des stations balnéaires du sud où le m² de sable se fait rare. Il faut dire qu’avec 2km de longueur, il y a de quoi trouver de la place!

Il est midi, il commence à faire assez chaud, nous roulons déjà depuis 9km: petite pause fraîcheur! Nous continuons vers la partie est de l’ile ou nous ferons beaucoup de pauses photo.

Nous ne regrettons pas d’avoir choisi l’option vélo qui nous permet de nous arrêter à tout moment!
2h après notre départ, il est maintenant temps de s’arrêter manger. Ce sera sur la plage de port andro où une vue magnifique nous fait de l’œil. Ce délicieux moment sera accompagné d’une rafraîchissante bière puis nous reprenons la route de Locmaria, la ville la plus méridionale de Belle-Ile. Cela fait maintenant 18km que nous roulons et le soleil se fait bien sentir maintenant!

Nous arrivons maintenant sur la partie de l’ile où les plages laissent places à des criques et des falaises, c’est un autre très joli paysage qui s’offre à nous.

    

Grâce à ma carte IGN, nous sortons des chemins routiers pour quelques kilomètres ce qui nous permet de progresser sereinement sans avoir à craindre les véhicules nous dépassant. Qu’il est agréable d’avoir toujours un oeil sur l’océan même lorsque nous nous trouvons à 1km de la cote 🙂

Nous décidons au hasard de gagner les plages de Baluden et d’Herlin: notre effort ne sera pas vain, l’endroit est superbe et les eaux turquoises nous font oublier que nous ne sommes pas sur une île des tropiques!
On en profite pour partir shooter chacun dans notre coin au grès de notre inspiration débordante.

Prochaine destination: on aimerai shooter un sunset sur les emblématiques aiguilles de port coton, en espérant que le temps le permette…Nous enfourchons nos VTC et nous filons donc vers Port Coton en faisant un crochet par Bangor et port Goulphar.


Notre carte indiquait des restaurants non loin, nous comptions donc nous y reposer en attendant le sunset…nous n’aurons finalement ni l’un ni l’autre!
En effet les restaurants indiqués sur notre carte étaient des complexes de luxe et le soleil est venu jouer à cache cache avec les grosses masses nuageuses arrivant de l’Atlantique viendrons entâcher nos plans!

Loin de nous laisser abattre, nous repartons direction Bangor ou nous prendrons un apéro festif en compagnie d’anciens du village et de leurs instruments de musique venus partager un moment musical.

Le soleil tombe et pour éviter de rouler de nuit en vélo avec les voitures, nous rentrons au Palais, il ne reste plus que 7km à parcourir, le plus dur est fait!
Il est 20h30, nous avons parcouru 44km en vélo avec 325m de dénivelé, on se fera une douche, un resto puis on ne sera pas plus vaillants pour en faire plus!

Jour 3

Il était prévu de se lever aux aurores pour aller shooter un lever de soleil sur un spot proche de notre lieu de résidence. La journée commence mal: à 4h du matin, je suis réveillé par l’orage et le vent qui se lève. Malgré cela je garde espoir de pouvoir shooter un joli sunset dans un esprit un peu tempête.

La météo ne s’arrangera que très peu et n’offrira rien d’autre qu’un ciel voilé. Tant pis… J’ai donc troqué la sortie sunset par une sortie running-trail d’une dizaine de kilomètres avant de commencer la journée. L’occasion de faire quelques shoots au téléphone (qualité médiocre j’en conviens)

   

Après un copieux petit déjeuner, c’est avec les cuisses endolories que nous enfourchons nos petites reines à la conquête du Nord-Ouest Bellilois.

Au programme du jour: menu allégé avec 20km de prévus environ, le temps d’aller jusque Sauzon. Après quelques détours par des sentiers et des petits ports, nous arrivons dans la jolie ville de Sauzon.

Malheureusement pour nous, c’est marée basse, le port est à sec, les bateaux ont les quilles dans la vase. Nous faisons rapidement le tour de la ville.
Comme nous sommes en avance sur notre planning, nous décidons qu’il serait génial d’aller jusqu’à la pointe des poulains, un lieu emblématique de l’île que je désespérais de ne pas voir.

Durant toute la journée je garderai un œil sur la météo en temps réel qui annonce pluie et éclaircies toute la journée.
Après un déjeuner rapide sur Sauzon, nous repartons pour quelques kilomètres en direction donc de la pointe des poulains. La route est très fréquentée et un peu dangereuse à cause de bus et de voitures imprudentes.

     

Une fois arrivés, encore un nouveau paysage se dévoile à nous, plutôt sauvage même si les nombreux visiteurs présents viennent un peu casser cette ambiance. (note pour plus tard: revenir en basse saison)

Il est déjà 15h et notre bateau pour revenir sur Quiberon nous attends à 17h30, il nous reste 20km à parcourir pour rentrer, nous ne prendrons que des sentiers réservés aux vélos pour ne pas être embêtés!

Nous rendons nos vélos au loueur puis nous finissons notre périple attablés à un bar du port. Cette mise en bouche de 2 jours et demi ne nous aura donné qu’une seule envie: revenir plus longtemps, à la petite saison!

Bilan de ces deux jours: 75km de vélo, 15km de marche, 10km de course à pied (juste pour moi!), nous voilà arrivés à 100km! Des photos pleins l’appareil et des souvenirs plein la tête.

2 réponses à “Belle-île en mer…

  1. Bonsoir,
    Les gones, un peu court votre séjour ! Il faut au moins venir aux vacances de printemps…
    Belle Ile est toujours superbe ! Allez voir les photos sur la page BELLE ILE Facebook…
    Anne Pey
    Insulaire, originaire de LYON

Répondre à xavier Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *